Picasso était un graveur considérablement prolifique, il créa près de 2000 sujets. Il tenait beaucoup à donner à la gravure une place artistique égale à la peinture ou la sculpture. Ce fut un grand honneur pour La Galerie de pouvoir exposer de nombreuses oeuvres de Picasso, et de mettre en lumière deux des techniques de gravure de Picasso: la taille-douce comme l’eau-forte, ainsi que ses linogravures.

Durant l’exposition, La Galerie a exposé une sélection de gravures provenant de La Suite Vollard. La Suite Vollard est l’une des plus grandes réalisations en gravure du XXème siècle. Elle est composée de 100 sujets réalisés par Picasso sur une période de sept ans entre 1930 et 1937 et commandée par l’éditeur et le marchand d’art de renom, Ambroise Vollard. Des ensembles complets de cette série sont conservés par toutes les grandes institutions culturelles du monde, du British Museum au Louvre (qui a d’ailleurs prêté l’ensemble de sa série en 2008 au Musée et à la galerie d’art de l’Université de Hong Kong). La Galerie a été très honorée de pouvoir présenter ces 20 gravures exceptionnelles de la Suite Vollard, toutes d’une provenance reconnue.

La Galerie a aussi présenté un ensemble de six gravures réalisé par Picasso en 1953 pour illustrer les nouvelles de Maurice Toesca, Six contes fantastiques.

Picasso a apporté de la couleur à cette exceptionnelle exposition grâce à ses linogravures réalisées entre les années 50 et 60. La technique de la linogravure avait été délaissée avant que Picasso ne s’y intéresse.

Au cours de la même période, Picasso a produit ses célèbres céramiques fantaisistes au sein de l’atelier de poterie Madoura, situé à Vallauris. La Galerie a exposé notamment un exemple de profil de chèvre, dont le modèle devait être sa chèvre Esmeralda, son célèbre animal de compagnie qui déambulait librement dans sa villa. Ce fut lorsqu’il travaillait au sein de l’atelier Madoura, qu’il rencontra Jacqueline Roque, qui devint finalement sa dernière femme et dernière muse. Il a fait beaucoup de linogravures de Jacqueline, un bel exemple était d’ailleurs exposé au sein de La Galerie lors de l'exposition.

Picasso was a hugely prolific printmaker, producing about 2,000 subjects. He placed great emphasis on printmaking as an art form equal to painting and sculpture. And so it is a great honour that La Galerie is able to display many fine examples of two of Picasso’s printmaking techniques: intaglio, such as etching; and his linocuts.  

Picasso’s etchings are represented in the exhibition by a selection of prints taken from his Suite Vollard. The Suite Vollard is one of the greatest achievements in print of the twentieth century and is composed of 100 subjects produced by Picasso over a seven year period from 1930 to 1937 and commissioned by the renowned publisher, Ambroise Vollard. Complete sets are held by all the great institutions of the world, from the British Museum to Le Louvre in France – the latter whom in 2008 loaned their entire suite to The University of Hong Kong Museum and Art Gallery. We are particularly thrilled to be able to show around 20 exceptional individual impressions from the Suite Vollard, all with an impeccable provenance.

Alongside the Suite Vollard, we are also showing a set of six engravings which were produced by Picasso in 1953 as illustrations for Maurice Toesca’s short stories, Six Contes Fantasques

Picasso brings colour to this stunning exhibition in the form of his linocuts from the 50s and 60s. Linocut printmaking had been reasonably neglected as a technique before Picasso took it up. 

During the same period, Picasso was producing his famous, playful ceramics with the Madoura Pottery, also based in Vallauris. On display at La Galerie is one such example of a goat’s profile, no doubt based on his pet goat, Esmeralda, who roamed freely about his villa. It was whilst working at the Madoura workshop that he met Jacqueline Rocque who was to become his final lover and eventually his wife. He made many linocuts of Jacqueline, a beautiful example of which is included in the exhibition.